vendredi 22 janvier 2010

Plan de la station d'hivernage suédoise


Der Schweidischen Südpolar-expedition, 1901-1903, band 1 : geographie, hygiene und erdmagnetismus
Stockholm : Lithographisches insitut des generalstabs, 1920.
Lyon 1, BU Sciences de la Vie et de la Terre


La station d’hivernage est l’élément central de la vie du scientifique dans les pôles : lieu de vie et lieu de recherche, elles ont dû dès leur origine être des lieux pensés pour supporter le vent et le froid, mais aussi pour surmonter les longs mois d’hiver passés isolément. Très rapidement ces stations ont installé en plus des laboratoires, des salles de vie et de repos : bibliothèques, salles de détente... Aujourd’hui ces bases comprennent laboratoires, centres de communications, restaurant, salle de loisir et de sport, salles de soins médicaux et d’opération, cuisines.


Les premières stations d’hivernage étaient construites par les équipes elles-mêmes pendant les mois précédant les hivers. C’étaient des constructions de bois facilement inflammables. L’incendie représente un danger pour nombre de stations pour qui l’eau est non seulement vitale mais rare (l’eau potable est distillée par des machines et l’eau non distillée est gelée.). La base Dumont d’Urville a justement été construite en 1956 pour remplacer la base St Martin détruite dans un incendie.


Le ravitaillement des stations d’hivernage représente une autre difficulté. Les équipes d’hivernants risquaient les mêmes maladies que les équipages de bateaux au long cours et notamment le scorbut causé par un manque de légumes frais. Les comptes-rendus font souvent état des menus des équipes et de l’attention portée à la lutte contre cette maladie. Le docteur de l’expédition de la Vega fait mention de la confiture de « multer » (mûres arctiques) qui mélangée avec du rhum est un remède « souverain » contre le scorbut.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire