vendredi 22 janvier 2010

Géologie : introduction.

Le bassin arctique, dont les limites sont fixées par les géographes à la lisière des arbres, par les géologues à l’extension du permafrost et d’une manière plus générale à l’isotherme de 10°C (moyenne des températures du mois le plus chaud), est un océan gelé. L’eau est recouverte en toutes saisons par de la glace de quelques mètres d’épaisseur (la banquise). Cette eau est peu salée car elle est alimentée en eau douce par les grands fleuves de Sibérie. Des hommes vivent sur les côtes arctiques ainsi qu’une faune spécifique adaptée au climat mais dont les espèces se retrouvent sur d’autres lieux de la planète.

L’Antarctique est un continent rocheux recouvert d’une calotte de glace de plusieurs kilomètres d’épaisseur (épaisseur maximale : 4776m). L’ensemble des glaces terrestres de l’antarctique représente 68% de l’eau douce terrestre. Ce continent est entouré d’une mer : l’Océan Antarctique est lui-même recouvert de banquise. Il n’y a pas de population humaine à l’exception des équipes scientifiques et la faune locale est migratrice.

Malgré leurs différences, ces deux pôles sont tous deux la source de bien des revendications territoriales. Si longtemps l’Antarctique a été considéré comme peu utile aux hommes car bien trop désertique, le milieu du 20ème siècle, notamment la seconde guerre mondiale, en a fait un enjeu stratégique de taille. Les scientifiques de tous les pays se sont unis pour qu’un Traité protège l’Antarctique. En ce qui concerne l’Arctique, le débat concernait surtout le problème des passages et des routes maritimes, mais il a été relancé en août 2007 par la revendication de la Russie sur les eaux profondes sous le pôle magnétique. Les fonds arctiques se révèlent riches en hydrocarbures dont l’accès facilité à long terme par la fonte des glaces laisse entrevoir de nouveaux conflits territoriaux.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire