vendredi 22 janvier 2010

Carte de la profondeur des mers arctiques

Fridtjof Nansen

The norwegian north polar expedition, 1893-1896

Christiania : A. Brogger, 1900.

Lyon 1, BU Sciences


Cette image est une carte du relief marin qui met en évidence que l’Arctique est une mer gelée. En effet, le relief y est toujours calculé comme celui des profondeurs marines, alors même qu’il y a des étendues gelées et praticables par l’homme au-dessus de ces fonds.

Quand bien même l’évidence veut que cette mer soit entièrement gelée, puisque plus les latitudes sont élevées, plus il fait froid, une thèse a longtemps circulé sur la mer libre de glace. Cette thèse, soutenue par Auguste Petermann, affirme que sous l’action du rayonnement solaire et des courants, une partie de l’Arctique subirait un climat plus doux et la mer y serait libre de glace. Non seulement cette théorie a influencé des auteurs comme Jules Verne, puisqu’on en retrouve la trace dans les voyages du capitaine Hatteras, mais aussi le gouvernement britannique qui a refusé de financer l’expédition Osborn, un des détracteurs de Petermann.

Cette théorie avait des implications importantes pour les expéditions. Les navires se laissaient emprisonner par les glaces pour se rapprocher le plus près possible du pôle, puis les équipages devaient poursuivre à pied ou en traineau. L’idée d’une mer libre de glace laissait supposer que le pôle pourrait être rejoint par bateau après avoir traversé la banquise. Un navire brise-glace partant de l’Atlantique aurait ainsi pu briser la glace sans se laisser dériver jusqu’à la mer libre, traverser celle-ci, briser la glace de l’autre coté et rejoindre le Pacifique. Cette théorie permettait d’envisager de nouvelles routes marchandes.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire